Accueil > PRIX LITTÉRAIRES > Prix Fetkann 2005 pour "Hurricane, Cris d’insulaires"

Prix Fetkann 2005 pour "Hurricane, Cris d’insulaires"

samedi 24 décembre 2005, par germinal

"HURRICANE, CRIS D’INSULAIRES" a obtenu le Prix Fetkann décerné le 9 décembre 2005 à Paris au Café de Flore par le CIFORDOM.

PRIX LITTERAIRE FETKANN « MÉMOIRE DES PAYS DU SUD / MÉMOIRE DE L’HUMANITÉ »

LES NOMINES CATEGORIE POESIE : COLLECTIF (anthologie poétique d’inédits),
HURRICANE, Cris d’insulaires, Desnel 2005. GLISSANT Edouard, La Cohée du
Lamentin, Poétique V, Gallimard 2005. RIPPON Max, Débris de silences,
Editions Jasor 2004

LAUREATS 2005 CATEGORIE POESIE : COLLECTIF (anthologie poétique d’inédits), HURRICANE, Cris d’insulaires, Desnel 2005 Coordonné par Doriane Suicard (alias Suzanne Dracius)

Les Insulaires : Aimé Césaire (Martinique) ; Paul Dakeyo (Cameroun, Comores) ; Jamie Davis (USA) ;Suzanne Dracius (Martinique) ;Nabile Farès (Petite Kabylie, Algérie) ; Jean-Paul Ferrec (Ouessant) ; Jacques Fusina (Corse) ; Kama Kamanda (Congo) ; Marie-Laure Larade (Martinique) ; Denizé Lauture (Haïti) ; Daniel Maximin (Guadeloupe) ; Jean Métellus (Haïti) ; Monchoachi (Martinique) ; Odwynn (Martinique) ; Ernest Pépin (Guadeloupe) ; Claude Pierre (Haïti) ; Jerry René-Corail (Martinique, Guyane) ; Max Rippon (Marie-Galante) ; Julienne Salvat (La Réunion) ;Louis Tachanis (Martinique) ; Umar Timol (Maurice) ; Emmanuel Tjibaou (Nouvelle-Calédonie) ; Derek Walcott (Sainte-Lucie)

Présentation : "Hurricane, Cris d’Insulaires" se présente comme un travail d’écriture collectif qui allie des expressions poétiques diverses, multipliant les horizons, les tons, les dons de chaque auteur. Une tornade de mots - traduction française de l’anglais hurricane, et aussi un cri de mots. Exprimer une Parole issue de soi, du « fondok » de son être. Un « fondok » insulaire qui dépasse largement l’isolement géographique des faits. Une extension-expansion d’expressions ! Il s’agit, vraiment, d’évacuer une tension. Ecriture du vécu, en somme. D’un point de vue linguistique, ce recueil met en lumière une véritable diversité - « francophonies et anglophonies antillaises », mêlant les insularités de la Caraïbe : Guadeloupe, Martinique, Sainte Lucie, Haïti, etc. Mais aussi, d’autres insularités sont identifiées : celles de l’Océan Indien, d’Afrique, et même de Corse, ou encore de l’Île d’Ouessant.