Accueil > MÉDIAS - Vidéos - Articles & liens Internet > De l’identité chez les femmes-auteurs des Antilles : "la (...)

De l’identité chez les femmes-auteurs des Antilles : "la Martiniquaise Suzanne Dracius" etc.

par Cikuru Batumike. Publié le 14 août 2010 par ciba dans culture

mercredi 18 août 2010, par Desnel

Publié le 14 août 2010 par ciba dans culture

De l’identité chez les femmes-auteurs des Antilles

par Cikuru Batumike

Extraits :

"Les Guadeloupéennes Gisèle Pineau, Maryse Condé et Simone Schwarz-Bart ; la Haïtienne Marie-Thérèse Colimon ; les Hispanophones Ana Lydia Vega (Porto-Rico) et Nancy Morejean (Cuba) ; la Martiniquaise Suzanne Dracius-Pinalie (ci-contre) , etc. Une liste non exhaustive (il ne s’agit pas d’un palmarès), des vocations créatrices antillaises qui s’expriment par l’écriture. Pour développer un regard critique sur la société. Point d’immobilisme intellectuel chez ces femmes-auteurs des Antilles. Elles s’investissent dans la double exigence d’enracinement et d’ouverture sur le monde. "
[…]

Des écrits ouverts sur le monde
La Martiniquaise Suzanne Dracius-Pinalie, elle, déplace la quête identitaire vers la problématique qu’elle engendre. De ses principales oeuvres, citons : les nouvelles : « De sueur, de sucre et de sang ». Le Serpent à Plumes ; « La Virago ». Diversité ; la nouvelle francophone à travers le monde ; « La Montagne de feu ». Diversité ; la nouvelle francophone à travers le monde ; Rue Monte au Ciel, recueil de nouvelles. Fort-de-France : Desnel, 2003. Des poèmes dans des ouvrages collectifs. Le Théâtre : Lumina Sophie dite Surprise, fabulodrame historique (héroïque fantaisie). Son roman L’autre qui danse,paru chez Seghers, convie le lecteur à découvrir le désarroi d’une Antillaise tiraillée entre sa terre natale, la France où elle vit et l’Afrique demeurée une attirance. En dépit de cet écartèlement, de nombreuses oeuvres existent, véritables démonstrations que l’écriture antillaise n’est pas prisonnière de l’histoire. « Une écriture, selon Frantz Fanon, ne doit pas continuer à rechercher le sens de sa destinée dans son histoire. Elle doit introduire son invention dans l’existence. »

Pour lire l’article cliquer ici : De l’identité chez les femmes-auteurs des Antilles. cibamike.wordpress.com