Accueil > MÉDIAS - Vidéos - Articles & liens Internet > Article sur "Pour Haïti" dans Antilla n° 1398 - 8 au 15 avril (...)

Article sur "Pour Haïti" dans Antilla n° 1398 - 8 au 15 avril 2010

par Jude Duranty

jeudi 29 avril 2010, par Desnel

Extraits de l’article sur Pour Haïti dans Antilla :

"Les éditions Desnel inventent le livre à but humanitaire : aussi loin que remonte ma mémoire, il me semble bien que c’est la première fois que je vois qu’un éditeur s’engage dans ce sens. Maison d’édition martiniquaise majeure, Desnel commence, malgré toutes les difficultés liées à l’édition dans nos régions, à se positionner de plus en plus comme un éditeur avec lequel il faut compter. L’idée est séduisante et salutaire ; d’après mes sources, elle a même suscité l’admiration de plein de happy few du monde du livre, d’ici, de Paris et même de plus loin.

Bon nombre d’auteurs de renom des quatre coins du monde ont tout de suite répondu à cette commande d’éditeur, pour fournir dans un laps de temps assez court un texte inédit en hommage à Haïti, en solidarité avec son peuple. L’ouvrage est coordonné par l’écrivaine Suzanne Dracius, prix Fetkann Poésie 2009 pour son très beau recueil Exquise déréliction métisse. Ce collectif de textes inédits, où chaque auteur garde le copyright de son texte mais offre gracieusement ses droits d’auteur, viendra aider à la reconstruction des bibliothèques en Haïti. Les bénéfices issus de la vente de ce titre aideront, par l’intermédiaire de l’association Bibliothèques Sans Frontières (BSF), à la reconstruction des bibliothèques et à la sauvegarde des archives du patrimoine haïtien.

On peut noter la présence de René Depestre, prix Renaudot en 1988 pour son roman Hadriana dans tous mes rêves. Pêle-mêle comme ça, voici d’autres noms d’auteurs ayant donné un texte de contribution à Pour Haïti : Maryse Condé, Alain Mabanckou, Daniel Maximin, Jean Métellus, Ernest Pépin, Joël Des Rosiers, Suzanne Dracius, Monchoachi, Tahar Bekri, Léonora Miano, Juan Gelman, Bruno Doucey, Tanella Boni, Zoé Valdés, Jack Hirschman, Koffi Kwahulé, Max Rippon… Ici s’arrête la liste des principaux auteurs, mais pas l’ouvrage : en effet 129 écrivains y sont présents, par un texte en prose, une nouvelle ou un poème.

Question à Suzanne Dracius, femme de lettres de notre île, de renom international, dont les ouvrages sont traduits dans bon nombre de langues : l’exemple le plus récent est la sortie en Italie en avril 2010 de la traduction en italien sous le titre L’Altra che danza de son roman L’autre qui danse paru en 1989 chez Seghers/Robert Laffont et en poche aux Éditions du Rocher en 2007. Vous avez coordonné ce collectif Pour Haïti, et dans vos Prolégomènes, qui précèdent un entretien magnifique que vous eu avec René Depestre, pourquoi avez-vous mis en exergue ce joli proverbe haïtien : « Men anpil, chay pa lou » (Beaucoup de mains allègent le fardeau) ?

— Suzanne Dracius : Parce que 129 auteurs ont écrit ce livre. Près de 130 mains se sont jointes pour Haïti, non seulement comme une prière, mais en coumbite littéraire, en international coup de main. Près de 130 écrivains et poètes du monde entier apportent ici une pierre, non seulement à la reconstruction d’Haïti, mais à la nécessaire reconstruction de l’image d’Haïti dans les esprits.
Ici, pas de partition entre genres littéraires, mais une harmonie sans frontières orchestrée Pour Haïti à l’instar des concerts caritatifs organisés partout dans le monde, chaque auteur prêtant sa plume, ce qu’il a de plus vibrant, comme cela lui chante, comme les artistes donnent de la voix. Il s’agit d’une création atypique hors série, en réponse à une secousse inédite par le truchement de textes inédits spécialement écrits pour composer cet ouvrage, œuvre de littérature, création littéraire, tout simplement."

Pour voir l’article et les photos, double-cliquer sur les icônes :

JPEG - 2.1 Mo
JPEG - 1.7 Mo