Accueil > AUTEURS > René Depestre

René Depestre

mardi 18 septembre 2007, par Desnel

avec Suzanne Dracius, Jean Metellus & Félicien Jérent Le poème inédit de René Depestre " Fable pour la ville de Narbonne" est publié aux éditions Desnel dans PROSOPOPÉES URBAINES cliquer ici
Écrivain franco-haïtien — ainsi qu’il se définit aujourd’hui lui-même — René Depestre est né à Jacmel (Haïti), et réside actuellement en France, à Lézignan-Corbières.
D’exils en expulsions, de pérégrinations en engagements politiques et culturels fervents, il ne cesse de poursuivre son œuvre poétique initiée dès 1945, alors qu’il n’avait pas vingt ans.
L’auteur de "Bonjour et adieu à la Négritude" a été reçu en 2005 à Fort-de-France par Aimé Césaire, à qui il rend hommage, dans sa réflexion sur les mouvements littéraires contemporains francophones, créolophones ou « créolo-francophones ».

Principales œuvres
Poésie
Étincelles, Port-au-Prince, Imprimerie de l’État, 1945
Gerbe de sang, Port-au-Prince, Imprimerie de l’État, 1946
Végétation de clartés (préface d’Aimé Césaire), Paris, Seghers, 1951
Traduit du grand large, Paris, Seghers, 1952
Minerai noir, Paris, Présence Africaine, 1956
Journal d’un animal marin, Paris, Seghers, 1964
Un Arc-en-ciel pour l’Occident chrétien, Paris, Présence Africaine, 1967
Cantate d’octobre, La Havane, Institut du Livre, 1968
Poète à Cuba (préface de Claude Roy), Paris, Oswald, 1976
En état de poésie, Paris, Éditeurs Français Réunis, 1980
Au matin de la négritude (préface de Georges-Emmanuel Clancier), Paris, Euroediteur, 1990
Journal d’un animal marin, Paris, Gallimard, 1990
Anthologie personnelle, Arles, Actes Sud, 1993
« Adieu à la Révolution » et « En fils créole de la francophonie », in Écrire la « parole de nuit » ; la nouvelle littéraire antillaise, Paris, Gallimard, 1994
Non-assistance à poètes en danger, Paris, Seghers, 2005

Romans, récits et nouvelles

Le Mât de Cocagne, Paris, Gallimard, 1979
Alléluia pour une femme-jardin, Paris, Gallimard, 1981
Hadriana dans tous mes rêves, Paris, Gallimard, 1988
Éros dans un train chinois, Paris, Gallimard, 1990
« La mort coupée sur mesure » in Noir des Îles (collectif), Paris, Gallimard, 1995
Ainsi parle le fleuve noir, Paris, Paroles d’Aube, 1998
Comment appeler ma solitude, Paris, Stock, 1999
Encore une mer à traverser, Paris, La Table Ronde, 2005

Essais
Pour la révolution pour la poésie, Montréal, Leméac, 1974
Bonjour et adieu à la négritude, Paris, Seghers, 1980
« Les aventures de la créolité, lettre à Ralph Ludwig » in Écrire la « parole de nuit » ; la nouvelle littéraire antillaise, Paris, Gallimard, 1994
« Vive la lecture » in En quête du livre (collectif), Paris, Paroles d’aube, 1997
Le Métier à métisser, Paris, Stock, 1998

Théâtre
Le Mât de cocagne, adaptation de Gérard Gelas au Festival d’Avignon, Compagnie du Chêne Noir, 1994

Distinctions et prix littéraires
1982. Bourse Goncourt de la nouvelle, pour Alléluia pour une femme-jardin
1988. Pour Hadriana dans tous mes rêves :
. Prix Renaudot
. Prix du Roman de la Société des Gens de Lettres
. Prix Antigone de la Ville de Montpellier
. Prix du Roman de l’Académie royale de Belgique
1991. Prix Tchicay U’Tamsi de la poésie africaine (Maroc), pour l’ensemble de son oeuvre
1993. Prix Guillaume Apollinaire de poésie, pour Anthologie personnelle
1995. Lauréat de la John Simon Guggenheim Memorial Foundation
1996. Année sabbatique du Centre National du Livre
1996. Premio Grizane Cavour, pour L’Albero della Cuccagna, version italienne du Mât de cocagne
1998. Prix Carbet de la Caraïbe, pour l’ensemble de son œuvre
1998. Grand Prix de Poésie de l’Académie Française, pour l’ensemble de son œuvre.

(Photo : avec Suzanne Dracius, Jean Metellus & Félicien Jérent)